Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Théodore Gazengel

est né le 05 juin 1915 à Cancale (Ille et Vilaine)

Fils de Eugène Marie GAZENGEL et de Aimée Eugénie DELAROQUE, son épouse, Théodore GAZENGEL est né le 5 juin 1915 à Cancale.

Dès l’âge de 14 ans, il répond à « l’appel de la mer » et comme son père et ses deux frères, exerce la profession de marin. De mousse à matelot, il effectue de nombreux embarquements ; tout d’abord à Cancale où il apprend le métier de marin pêcheur à bord de diverses bisquines et canots de mars 1930 à avril 1933 : « Jeune François », « Marguerite », « Brocanteur », « Janine ». Puis il s’oriente vers la navigation au cabotage le long des côtes méditerranéennes d’avril 1933 à juillet 1934, notamment avec le cargo « Tamise » basé à Marseille. De retour à Cancale début juillet 1934, il reprend pour une courte période le métier de la pêche car, dès le 31 août, il rejoint le cargo « Tabarka » à Rouen. Jusqu’au 18 avril 1935, il navigue au « Cabotage International » dans le cadre de l’ « Union Maritime Auxiliaire ».

Il a 20 ans, lorsqu’il est incorporé au 2e Dépôt des Equipages de Brest le 12 juin 1935 mais il est « réformé » de tout service actif dans la Marine Nationale.

A partir de cette époque, Théodore est plus particulièrement intéressé par la navigation au cabotage. Du 23 juin 1935 au 15 février 1937, il embarque successivement sur le cargo « Batna » à Fécamp puis sur le caboteur « Penthièvre » naviguant ainsi le long des côtes européennes. En ce début d’année 1937, il confirme sa préférence pour ce type de navigation en entrant comme ses deux frères Eugène et Théophile, à l’école d’Hydrographie où il obtient le diplôme de « Lieutenant au cabotage » le 5 août 1938. Dès le 12 août, il retrouve son frère aîné Eugène sur le cargo « Normand » à Caen armé par la compagnie de navigation « Etablissement Odon de Lubersac » en qualité de Second Lieutenant et navigue jusqu’en janvier 1939 au Grand et au Petit Cabotage. Le 14 janvier 1939, il rallie le cargo « Gallois » armé par la même compagnie.

A partir de la déclaration de guerre en septembre 1939, les conditions de navigation deviennent particulièrement périlleuses et éprouvantes tant physiquement que moralement pour les marins de commerce. L’Armistice entre la France et l’Allemagne en juin 1940 entraîne momentanément une diminution importante du trafic commercial ce qui prive d’embarquement un grand nombre de marins français. Alors Théodore GAZENGEL qui réunit le temps de navigation nécessaire, suit avec succès le cours théorique de « Capitaine de la Marine Marchande » et à l’issue, reprend son métier initial de marin pêcheur à Cancale avec son frère cadet Théophile à bord de leur propre canot « Espoir à Marie ». Après avoir proposé ses services à diverses Compagnie de navigation et aux autorités maritimes, Théodore se rend à Marseille pour embarquer le 12 juillet 1941 sur le cargo « Saint-Louis » en qualité de Lieutenant. Ce cargo, armé par la « Société Navale de l’Ouest », assure le transport de marchandises entre Marseille et l’Afrique. Durant les nombreux voyages le long des côtes africaines, il sait, comme les autres marins, que les navires marchands subissent de lourdes pertes et sont la proie des sous marins allemands qui patrouillent dans la zone.

Dans la nuit du 1er mars 1944, le « Saint-Louis » qui ne navigue pas en convoi entre Takouradi et Lomé, est torpillé par le sous marin allemand « U 66 » et coule en moins de 5 minutes. 85 personnes périssent dont 24 membres de l’équipage parmi lesquels Théodore GAZENGEL. A la suite de cette disparition tragique, sa mère a désiré que son premier petit fils porte le prénom de ce fils décédé. Son vœu fut exaucé en 1945.    

Il était Lieutenant.
Son unité : Saint-Louis
Il est décédé le 01 mars 1944.
Porté disparu
Document portant la mention MPLF : Transcription du décès sur l'acte de naissance n° 37 le 16 mai 1947 à Cancale

Saint-Louis

Cargo de la SNO, Société Navale de l'Ouest, 5 200 tx, construit en 1913, en route de Takoradi sur Lomé, (Armateur : Marine Alger) avec à bord 40 marins, 5 canonniers, 15 passagers et 41 Kroomen, fut torpillé par un sous-marin, le U441 ou l'U66 et coula par 05 23 N et 00 09 W, entraînant la mort ou la disparition de 24 hommes.

Selon Marine Marchande TIII : à bord 134 personnes, équipage 40, kroomen 70, canonniers 8, passagers 16. Victim...
Saint-Louis
6894
Gazengel
Cancale
Ille et Vilaine
DG
NULL
Il a été décoré : Aucune médaille
C 12x17