Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Charles Jean Marie Quidelleur

est né le 30 mars 1912 à Plouvien (Finistère (29))

Fils de François Quidelleur et de Marie-Françoise Pelleau son épouse, Charles Jean Marie naît le 30 mars 1912 à Plouvien (Finistère). Il passe son enfance à Créo-Tariec en Plouvien avec sa sœur Anastasie et y fréquente l’école communale. Il exerce ensuite le métier d’agriculteur comme ses parents. Le 8 avril 1931, il s’engage pour 3 ans dans la Marine nationale à Brest au 2e dépôt en qualité de matelot de 2e classe sans spécialité, sous le matricule 1778.

Quelques jours plus tard, le 23 avril, il est affecté sur le cuirassé "Condorcet" puis ensuite sur le cuirassé "Paris" le 1er octobre. C’est à bord de ce dernier bâtiment qu’il obtient le brevet élémentaire de torpilleur le 1er avril 1932. A la fin de cette même année, il est muté à la Flotille des sous-marins de la 1ere Région maritime à Cherbourg. Revenu à Brest le 30 avril 1934 avec le grade de quartier-maître de 2e classe, il embarque successivement sur le contre-torpilleur "Kersaint" le 28 juin puis sur le cuirassé "Condorcet" le 1er avril 1937 et enfin sur le torpilleur "Alcyon" au mois de décembre suivant. Après avoir obtenu le brevet supérieur de sa spécialité au mois d’octobre, il est promu second-maître torpilleur le 1er novembre 1939. Le 18 septembre 1941, il est brièvement affecté au dépôt d’Alger, puis muté à Ferryville, en Tunisie, jusqu’au 1er avril 1945. Durant cette affectation, il effectue plusieurs missions du 9 juillet au 18 août 1942, comme en témoigne le compte-rendu du 25 septembre 1942, du capitaine de corvette Verdier, commandant adjoint de la Marine à Sfax :

« 1- Du 20 au 24 juillet - mission de destruction de mines à Houmt Souk […] Bord Kastil – Oued Akarit. Cette mission a été particulièrement fatigante par suite d’une température très chaude, de très nombreuses marches à pied dans des pistes sablonneuses.

2- Du 25 au 26 juillet - mission de destruction de mines à la Louza particulièrement pénible par suite d’une température torride et d’une très longue marche à pied dans une piste sablonneuse.

3- 18-21 juillet - mission de destruction de mines à la Skira par une chaleur torride.

4- Du 7 au 8 août – mission de destruction de mines à Gabes – mission pénible par suite de la chaleur torride. »

Réformé le 8 avril 1943 pour cause de maladie, il est rapatrié en France le 1er avril 1945. Il décède le 2 janvier 1946 laissant une veuve Germaine Leverge qu’il a épousée le 22 juin 1941 et dont il a eu deux enfants Annick et Joël.

Il était Second maître.
Son unité : 2e dépôt des équipages, Brest
  • Croix de Guerre 39-45
Il est décédé le 02 janvier 1946.
Son corps repose au cimetière de Kerlouan (29)
Son décès est inscrit à la commune de Kerlouan (29)
Document portant la mention MPLF : Acte de décès 1946/1

2e dépôt des équipages, Brest

124

Les dépôts des équipages de la flotte sont des lieux de transit où sont casernés les marins en attente d'un embarquement, d'une affectation etc .... Les dépôts des équipages hébergent également des centres de formation de la marine.

2e dépôt des équipages, Brest
8674
Quidelleur
Plouvien
Finistère (29)
CG
NULL
Il a été décoré : Croix de Guerre 39-45
Acte de décès 1946/1
E 10x13