Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Charles Alexandre Armand Raboteau

est né le 20 mai 1911 à Nantes (Loire-Atlantique (44))

Charles, Alexandre, Armand fils de Armand, Louis, Joseph (32 ans) tonnelier et d’Alexandrine, Marie Durand ménagère (24 ans) voit le jour à Nantes, rue de Vannes, où il y passe toute sa jeunesse.

Son père soldat au 81è régiment d’infanterie territoriale meurt pour la France le 13 novembre 1914, Charles est alors adopté par la nation en vertu d’un jugement du tribunal civil de Nantes rendu le 9/1/1920. Son certificat d’étude primaire en poche, il s’engage à 17 ans pour cinq ans dans la Marine nationale le 31 mai 1928 sous le matricule 484, afin d’aider sa mère.

Après ses classes effectuées au " 3è dépôt des équipages de Toulon ", matelot de 3è classe mécanicien breveté provisoire, il embarque le 25 juin 1928 sur le nouveau torpilleur "Tornade" tout juste admis au service actif. Il s’y amarine et apprend tous les rouages de son métier. Reconnu par ses supérieurs, il est promu quartier-maître mécanicien le 1er juillet 1929 et est dirigé vers les sous-marins le 1er avril 1930. A l’"école des mécaniciens de Toulon " il apprend tout du sous-marin. Entre temps ses excellents états de service lui valent une promotion au grade de quartier-maître de 1ere classe le 1er janvier 1931.

Affecté à la " 3e escadrille de sous-marins " à Toulon, il effectue plusieurs plongées, entre-autre à bord du « Requin " entre le 1er octobre 1930 et 1er octobre 1931. C’est à compter de cette date qu’il est certifié apte à la navigation sous-marine et qu’il se retrouve affecté à la " 5e escadrille de sous-marin " à Bizerte jusqu’au 31 mai 1933.

A ce moment-là, son engagement terminé, il est renvoyé dans ses foyers et se retire à Nantes, 10 rue Urvoy Saint Bédan (Loire Inférieure) avec le certificat de bonne conduite "mention exemplaire ».

Il travaille dès lors au chantier de Saint Nazaire où il croisera son futur bateau le sous-marin " Morse " qui y subit une modernisation de septembre 1935 à décembre 1937.

Profitant de ce calme dans sa vie, il épouse le 14 octobre 1933 à la Besnerie (Loire inférieure) Madeleine, Marie, Jeanne Girard qui lui donnera trois enfants Paulette (1934), Charles (1935) et Monique (1936).

Mais la mer lui manque et il s’engage à nouveau pour trois ans à compter du 2 septembre 1935. Après un bref passage au " 3e dépôt de Toulon " pour recevoir son paquetage et y effectuer ses formalités administratives, il rejoint la 4e région maritime de Rochefort " le 17 septembre 1935.

Durant cette période, lors de différentes mises pour emploi, entre-autre sur le " Morse " en 1938 pour un transfert de Saint Nazaire à Casablanca, ses compétences sont reconnues et c’est tout naturellement qu’il est promu second maître le 1e janvier 1939.

C’est donc avec sa nouvelle tenue qu’il rejoint le " CFI (Centre de Formation Indigène) de Sidi Abdallah " autrement dit Bizerte, avant de rallier la " flottille des sous-marins de Bizerte " et d’embarquer sur le" Morse " le 9 février 1939.

Dans le même temps, sa famille le rejoint et s’installe à Bizerte à la « Pêcherie ».

De septembre 1939 à mai 1940, le bateau effectue des missions de surveillance des mouvements allemands au large des îles Canaries puis en Méditerranée.

Le 10 juin le " Morse " quitte Bizerte pour une mission vers le sud, mais sort funeste, il saute sur une mine défensive et disparaît dans le golfe de Gabés le 17 juin 1940 entraînant la mort de Charles et de ses 52 camarades.

A 29 ans marié, Charles laisse ainsi derrière lui dans la peine et dans le dénuement son épouse et ses 3 jeunes enfants de 6, 5 et 3 ans et demi.

Ainsi la famille Raboteau paye un lourd tribut à la nation car après le père en 1914, c’est le fils qui meurt lui aussi pour la France en 1940.

Dans la douleur, Madeleine et ses enfants doivent souvent, malgré tout, bouger sous les bombardements et habitent tantôt à Combosse tantôt à Saint Germain ou dans les abris de la Marine. Cette dernière l’emploiera heureusement au "Foyer du Marin " puis à" La Gouëllerie ". Madeleine, un peu plus tard, remariée, met au monde 3 enfants mais elle décède en 1947, nouvelle terrible épreuve pour ces enfants à nouveau orphelins.

Charles est cité à l’ordre du corps d’Armée "Tombé glorieusement pour la France à son poste de combat". Il est chevalier de la légion d’honneur par décret du EM/744 J.O du 8/8/44 et décoré de la croix de guerre 39-45 avec étoile.

 Son nom figure sur le mémorial et ossuaire de l’équipage du SM "Morse" à Gammarth (Tunisie), sur le monument aux morts de la commune de Bouguenais (44) et sur le monument commémoratif aux sous-mariniers à Toulon.

Il était Second Maître Mécanicien.
Son unité : Morse
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s)
  • Citation à l'Ordre du Corps d'Armée
Il est décédé le 17 juin 1940.
Porté disparu
Document portant la mention MPLF : Ordonnance du Tribunal de Première Instance de Tunis du 13 octobre 1941

Morse

13

Le Morse part en mission depuis Bizerte vers le golfe de Gabès en compagnie des sous-marins le Nautilus, le Caïman et le Souffleur. Le 11 juin, le Caïman et le Morse passent en surface devant l’îlot de Pantelleria, le 12 à 8 heures ils plongent au sud des îles Kerkennah. Leur retour à Sfax est prévu au bout de six jours. Le 18, le Caïman et le Souffleur arrivent à Sfax, le Nau...

Morse
8092
Raboteau
Nantes
Loire-Atlantique (44)
DD
176684,176685,176686
Il a été décoré : Citation à l'Ordre du Corps d'Armée,Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s),Légion d'Honneur (chev.)
C 12x17