Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 
 

Jeanne-Gougy - Chalutier

Jeanne-Gougy02

Chalutier Jeanne Gougy - 1962

Venu à la côte à la pointe de Land’s End (Cornouailles anglaises) le 3 novembre 1962 - 12 victimes

 

 Jeanne Gougy  était un chalutier à coque acier de 38 m de long, 273 tonneaux, d’une puissance de 600 cv. Il avait été construit en 1949 au Canada, pour le compte de la Compagnie Industrielle de Pêche et d’Armement sous le nom d'Etienne Rimbert. Il avait rallié Dieppe le 22 janvier 1949. En mai 1951, il est vendu à l'armement Leduc de Boulogne-sur-Mer et devient le Fisher Bank. En 1958, il revient à Dieppe, acheté par l'armement Le Bouder et prend le nom de Jeanne Gougy.

Le Jeanne Gougy avait quitté les zones irlandaises de pêche en route pour Dieppe, le vendredi, le 2 novembre 1962. L'équipage était de 18 hommes. Le temps était mauvais, avec les rafales de pluie réduisant la visibilité quand le chalutier s'est approché de la côte de Cornouailles. A bord on n’a pas vu les brisants et dans l'obscurité à 5h15 le matin du samedi 3 novembre, il s'est écrasé sur Armoured Knight rock immédiatement en-dessous des falaises de Land’s End. Le capitaine, le chef mécanicien et l'officier radio ont été arrachés du pont peu de temps après qu'il ne talonne et ont disparu. Pendant une heure le chalutier se trouvait sur la roche, tirant des fusées de détresse. À 6h15 il a été frappé par une énorme vague qui l'a couché sur son flanc gauche, le brisant en trois parties. Les fusées de détresse ont été vues par les garde-côtes de St. Just et de Sennen. Le canot de sauvetage de Sennen était prêt, mais ne pouvait pas s'approcher assez près. A midi une femme, debout sur les falaises parmi les spectateurs, vit la main d'un homme s'agiter d'un hublot. L'équipe des sauveteurs tira à nouveau des lignes, dont l’une fut empoignée par l'homme. C’est presque par miracle, et aussi grâce à l’indomptable énergie de l’un des rescapés, le matelot Michel Padé, que les six hommes enfermés dans la timonerie et dans le poste avant purent être sauvés. Un hélicoptère de la R.A.F de la station de Chivenor (Devon), réussit à recueillir un marin épuisé; puis il revint pour s'assurer qu'il n'y avait nul autre survivant et trouva un homme dans les derniers stades d'épuisement dans le passage entre la passerelle et l'intérieur du chalutier. Le nombre de rescapés sera finalement de six hommes. A signaler la persévérance et le courage que l’équipage de la R.A.F déploya tout au long de ce périlleux sauvetage, le sergent Smith descendit par deux fois le long du filin, au mépris du danger, pour remonter deux marins du Jeanne Gougy, puis une troisième fois pour s’assurer qu’il n’y avait plus personne en vie à bord du chalutier.

Les 12 victimes du Jeanne Gougy laisseront derrière eux 7 veuves et 24 orphelins.

Joseph Penher, patron 40 ans Eugène Boîté second, 43 ans Jean Grisard chef mécanicien, 36 ans Guy Legaillard 2e mécanicien, 39 ans Yves Bouillon graisseur, 25 ans Claude Dupuis graisseur, 25 ans Serge Bréhinier radio, 25 ans Michel Defrance matelot, 38 ans Bernard liberge matelot, 19 ans René Olivier matelot, 39 ans Auguste Brouard matelot, 45 ans Jean Claude Poussin cuisinier 26 ans

Sources :

source : archives du journal « Le Marin» archives personnelles Hubert Leprêtre

Photo : collection Hubert Leprêtre – journal Le Marin

Helitreuillage-Jeanne-Gougy
Chalutier