Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

René Eugène Stadler

est né le 04 mars 1921 à Soultz (Bas-Rhin (67))

Fils d’Eugène Stadler, adjudant de gendarmerie, et d’Anne Burger, René naît le 4 mars 1921 à Soultz, commune proche de Mulhouse dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est.

En compagnie de son frère cadet, Jean-Pierre, il passe son enfance à Réchicourt-le-Château en Moselle.

 

Début octobre 1937, à l’âge de seize ans, René rejoint "l’École des mousses" de la Marine nationale sur le navire école "Armorique" où, durant une année, il reçoit une formation militaire et maritime. Il signe son contrat d’engagement initial d’une durée de cinq ans le 21 janvier 1938, celui-ci prenant effet à compter de la date de sortie de l’école, le 1er juillet suivant.

À l’issue, il prend subsistance, pour de courtes durées, à bord des cuirassés "Courbet" et "Paris" puis rallie "l’École des fusiliers" à Lorient le 17 décembre suivant pour y suivre le cours du brevet élémentaire.

Le jeune matelot breveté fusilier René Stadler embarque le 25 août 1939 à bord du croiseur "Duguay Trouin" qui est inclus, en 1939-1940 à Dakar (Sénégal), dans une escadre franco-britannique constituée pour rechercher les cuirassés de poche allemands qui font la guerre au commerce dans l’Atlantique. Il est promu au grade de quartier-maître de 2e classe le 1er janvier 1940. Le croiseur fait ensuite partie de la "Force X", aux ordres de l’Amiral Godfroy, basée à Alexandrie (Egypte), pour coopérer avec la "Mediterranean Fleet" contre la marine italienne. Lorsque le gouvernement britannique lance "l'opération Catapult" pour s’assurer le contrôle des navires de guerre français, le 3 juillet 1940, un accord local peut être trouvé entre l’Amiral René-Emile Godfroy et l’Amiral Andrew Cunningham, qui aboutit à une démilitarisation sur place de l’escadre française.

 

A partir d’Alexandrie, René rejoint le 17 juillet 1940 les "Forces navales françaises libres" (F.N.F.L.) et signe son contrat d’engagement pour compter du 29 septembre de la même année.

Après un embarquement sur le sous-marin "Surcouf", il est muté sur la corvette "Alysse" qui assure la protection des convois entre l’Angleterre et Saint-Johns (Terre-Neuve).

 

Le quartier-maître fusilier René Stadler disparaît le 8 février 1942 lors de la perte de la corvette "Alysse", au large de Terre-Neuve en Atlantique nord. Il avait 21 ans.

Il est cité à l’ordre de l’armée de mer pour le motif suivant : "A glorieusement disparu avec son bâtiment le 8 février 1942 au cours d’une attaque de sous-marin en Atlantique nord, donnant à tous l’exemple d’un calme courage et d’un absolu dévouement. "

Son nom est gravé sur les monuments aux morts de Soultz-Haut-Rhin (68) et de Zillisheim (68).

Il était Quartier-maître de 2e classe.
Son unité : Alysse
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec palme (s)
  • Médaille commémorative des services volontaires dans la FFL
  • Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
Il est décédé le 08 février 1942.
Porté disparu
Son corps repose au cimetière de Corps non retrouvé
Son décès est inscrit à la commune de Soultz (68)
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Alysse

corvette-FNFL-Alysse

L’Alysse faisait partie d’une fameuse série de 9 corvettes, dite classe « Flower » car elles portaient toutes, à l’origine un nom de fleur, mises à la disposition des Forces Navales Françaises Libres par l’amirauté britannique. L’Alysse était la 2eme corvette à être cédée, la 1ere étant le Mimosa. Les autres corvettes étaient l’...

Alysse
6856
Stadler
Soultz
Bas-Rhin (67)
GD
174017
Il a été décoré : Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer,Croix de Guerre 39-45 avec palme (s),Médaille commémorative des services volontaires dans la FFL,Médaille Militaire
Acte de décès
C 12x17