Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France

Henri Le Roux

est né le 26 février 1920 à Saint Pol de Léon ()

Henri est le fils de Eugène Marie Le Roux, maître de la Marine nationale, et de Julia Marie Péran, son épouse, couturière. Henri passe son enfance à Saint-Pol-de-Léon, où ses parents sont domiciliés au village de Vilargrenn. Il fait sa scolarité à l'école primaire, puis au collège à Saint-Pol-de-Léon.

A 17 ans, après avoir suivi une formation technique de la spécialité ajusteur, et étant titulaire du certificat d'aptitude professionnelle, Henri s'engage dans la Marine nationale pour une durée de cinq ans. Il est incorporé le 23 novembre 1937 au "2e Dépôt des équipages" de Brest, comme matelot de 3e classe sans spécialité, sous le matricule 3652 B 37. A l'issue de sa formation maritime et militaire, Henri est affecté le 4 décembre 1937 sur le croiseur "Duguay-Trouin" basé à Toulon transformé en navire Ecole accueillant l'Ecole de spécialité "Armurier". Le 1er avril 1938 , il est nommé matelot de 2e classe breveté armurier. Le 1er juillet 1937, il rejoint le "1er Dépôt des équipages" de Cherbourg, pour  attendre le retour de mer du torpilleur "Boulonnais". Le 8 août 1937, il embarque sur le "Boulonnais" de la 2e Flottille des torpilleurs. En mars 1940, son bâtiment prend part à un engagement contre un sous-marin allemand. En avril le bâtiment prend part à l'opération de Norvège au cours de laquelle le bâtiment escorte des convois vers Namsos. En juin 1940, le bâtiment quitte la mer du Nord pour l'Afrique du Nord. Le 3 juillet, il est présent à Oran, lors de l'attaque des Forces maritimes britanniques, mais réussi à quitter le port pour rejoindre le port d'Alger, puis il rejoint le port de Casablanca pour effectuer des patrouilles en Atlantique. En décembre 1940, il prend part au secours des équipages du sous-marins "Sfax" et du pétrolier "Rhône", torpillés au large du cap Juby, au Maroc sud. En avril 1942, le bâtiment escorte vers la Méditerranée le contre-torpilleur "Audacieux", gravement avarié à Dakar.

Lors du débarquement en Afrique du Nord des Forces anglo-américaines du 8 novembre 1942, le "Boulonnais" est détruit par les bombardements au port de Casablanca. Henri réussi à quitter le bord et rejoint la terre à la nage. Comme tous les marins rescapés, il rejoint le "Commandement de la Marine " de Casablanca, qui est alors intégrée dans les Forces navales françaises placées sous les ordres des Forces Anglo-Américaines pour préparer le débarquement en France. En juillet 1944, il est envoyé en mission aux Etats-Unis pour embarquer sur un destroyer de US Navy, cédé à la France. Dès son arrivée à Casablanca, le bâtiment de type patrouilleur est nommé "L'Enjoué". Il est intégré à la "3e Division d'escorteurs" de la "Force française d'escorte" du Maroc. II a pour mission d'escorter les convois de transports maritimes alliés.

Henri avait écrit à ses parents le 19 novembre 1944 : "… cinq ans de guerre et cinq ans de mer ! Quelle dure épreuve quand on a commencé si jeune ! Que de malheurs et que de misères on aura vus ! Pour moi, je suis fier d'avoir conservé à peu près la bonne voie, grâce à Dieu ..."

Le 9 janvier 1945, "L'Ejoué" assurait, avec "L'Effronté", l'escorte du cargo "Agen" de Gibraltar à Casablanca (convoi GC 107). Peu après 16h40, alors que le bâtiment se trouvait en Atlantique, au large des côtes marocaines, face au cap Spartel, il est torpillé par le sous-marin allemand U870. Le bâtiment se casse en deux parties et coule très rapidement. Sa perte entraine la disparition de 63 marins, dont Henri. Il n'y a eu aucun survivant.

Il était Quartier Maître Armurier.
Son unité : L'Enjoué
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45
Il est décédé le 09 janvier 1945.
Porté disparu

L'Enjoué

62

 

Ex USS PC-482, construit en 1942, (Defoe boat moto works). Cédé à  la France 15/07/1944 type corvette, 335 ts. (Transfert à  Casablanca sous immatriculation W44) Torpillé le 9 janvier 1945 à  16h40 par un U-Boot (U-870) à  10 milles N.E du Cap Spartel (psn 35 56N 05 49W). Aux ordres du LV Decugis, il assurait avec L'Effronté l'escorte du cargo Agen de Gibraltar à  Casablanca (convoi GC 107). "Un...

L'Enjoué
6798
Le Roux
Saint Pol de Léon
26 février 1920
CD
NULL
Il a été décoré : Croix de Guerre 39-45,Médaille Militaire
Saint Pol de Léon, N 1920, n°36
C 12x17
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner
Unknown
Unknown
Accepter
Décliner