Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

Henri Marie Le Thomas

est né le 23 octobre 1911 à Lézardrieux (Côtes d'Armor (22))

Fils de Yves Marie (cultivateur) et de Marie Azeline Fraval (ménagère), Henri naît le 23 octobre 1911 à Lézardrieux. Il a un frère, Jean François, né le 13 janvier 1914. Il passe son enfance à la ferme de Krech’Brand, fréquente l’école publique des garçons de Lézardrieux où il obtient le certificat d’études primaires le 24 juin 1926. Il travaille à la ferme familiale avec sa mère car son père, soldat dans un régiment d’infanterie, est « mort pour la France » le 1er mai 1915 à l’hôpital des suites de maladie contractée aux armées et a été inhumé au cimetière de Malo-les-Bains (59).

Henri s’est marié le 11 février 1934 à Pleudaniel (22) avec Eugénie Houérou (née le 26 juin 1914, décédée le 21 octobre 2000). De leur union, sont nés Henri ( mort pour la France » le 30 octobre 1961 en Algérie) et Jean Claude qui ont été reconnus  "orphelins de guerre" et "pupilles de la Nation".

Henri s’engage dans la Marine Nationale le 30 décembre 1930 pour une durée initiale de 3 ans et est incorporé au 2e dépôt de Brest. Il suit sa formation de spécialité à la base aéronautique de Rochefort (21 janvier au 15 juillet 1931) puis est affecté à la base aéronautique de Karouba (Tunisie – 15 juillet 1931 au 8 août 1933), au centre d’instruction d’Hourtin (cours de volant du 8 août au 8 novembre 1933), à la base aéronautique de Karouba (8 novembre 1933 au 1er juillet 1939), au centre d’instruction d’Hourtin (1er juillet 1939 au 11 janvier 1940), à la base aéronautique d’Hyères (11 janvier au 10 mars 1940), à la base aéronautique de Cherbourg (10 mars au 1er mai 1940).

Henri est affecté à l’escadrille AC2, basée à Calais-Marck. Le 18 mai 1940, une patrouille de deux avions Potez 631 est envoyée sur un bombardier Heinkel qui attaque des bateaux. Henri est à bord d’un appareil comme radio-mitrailleur (pilote : second maître Domas). Trois Blenheim anglais du Squadron 248 se « trompent », prennent les Potez 631 pour des Messerchmidt allemands et les descendent. Henri et son pilote disparaissent en mer dans la chute de leur appareil en feu, au large de Nieuport (Belgique).    

Texte de la citation à l'ordre de l'armée de mer : "Officier marinier d'élite. A efficacement secondé son pilote pendant un combat au cours duquel un avion ennemi a été abattu".

Il était Maître mécanicien aéro volant.
Son unité : Escadrille AC 2
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec palme (s)
  • Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
Il est décédé le 18 mai 1940.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Calais
Document portant la mention MPLF : Certificat de disparition n° 819 du 30/01/1946

Escadrille AC 2

L'Escadrille 7C3 née en 1938 à la BAN de Saint-Raphaël, et prend en octobre 1938 à Hyères l'appellation d'escadrille AC 2. Elle est alors équipée de Dewoitine 373/376 jusqu'en décembre 1939.
Elle stationne à Calais de mars à mai 1940 avec ses Potez 631 délivrés en janvier 1940. Puis, de nouveau, elle déménage vers Querqueville avec ses Bloch 151, qui sont arrivés en juin pour épauler les Potez. Après une participation active à la campagne d...

Escadrille AC 2
8053
Le Thomas
Lézardrieux
Côtes d'Armor (22)
CD
176629,176630
Il a été décoré : Légion d'Honneur (chev.),Médaille Militaire,Croix de Guerre 39-45 avec palme (s),Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
1947/63
E 10x13