Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

Jean Louis Guillevic

est né le 10 novembre 1931 à Plougonvelin (Finistère (29))

Fils de Pierre Marie, maréchal ferrant, et d'Anna Le Drast, cultivatrice, Jean Louis naît le 10 novembre 1931 au domicile familial situé à Saint-Mathieu en Plougonvelin. Il est le premier enfant de la famille, suivront Robert et Renée.

Jean Louis, comme ses frère et sœur, fréquente l’école primaire de Saint-Mathieu

Dès son jeune âge, Jean Louis est déjà un personnage. D’une droiture irréprochable, il est estimé, fait l’admiration de tous et est toujours entouré des jeunes de la commune : c’est lui le chef de la bande, le meneur d’hommes ! Après la libération, il réunit souvent ses amis dans un ancien fortin à l’abandon (aujourd’hui le cénotaphe) et les entraîne à jouer "la petite guerre". 

 

A la fin de sa scolarité, Jean Louis s’engage dans la Marine nationale et est incorporé à l’école des apprentis marins de Loctudy (29) le 1er octobre 1947 où, durant une année, il reçoit une formation de base, militaire et maritime, au métier de marin.

Au terme de celle-ci, il choisit la spécialité de fusilier, rejoint le centre Siroco (Algérie) où il obtient le brevet élémentaire le 1er avril 1949 puis le certificat de commando le 1er juin suivant.

Sa première affectation est le "commando Trépel", à bord du porte-avions "Arromanches", où il est promu au grade de quartier-maître de 2e classe en janvier 1950. Il y demeure jusqu’au début de l’année 1951 puis rejoint le "commando François" qu’il rallie en Indochine en mars après une traversée métropole/Saigon de près d’un mois à bord du paquebot mixte des messageries maritimes "l’Athos II".

 

Le 29 mai 1951, après avoir montré son courage et sa vaillance, Jean Louis est tué au cours d’une opération dans l’église de Ninh Binh, ville du Việt Nam, aussi connue sous le nom de "Baie d'Halong terrestre". Il n’avait pas encore 20 ans.

 

A titre posthume, le quartier-maître de 2e classe Jean Louis Guillevic (matricule : 73 B 48) du "commando François" est cité à l’ordre de l’armée de mer : "Quartier-maître de 2e classe arrivé récemment, volontaire pour l’Indochine, fait preuve dès le début d’allant et d’enthousiasme. Désigné comme adjoint au groupe mortier, est un auxiliaire précieux pour son chef de groupe. Le 29 mai 1951 à Ninh Binh, contribue à assurer le décrochage du commando encerclé par des forces rebelles supérieures en nombre et en matériel. Tué à son poste de combat alors que les munitions épuisées, il essayait avec son groupe de forcer une embuscade. Grâce à son sacrifice, a sauvé son commando d'une destruction certaine." Cette citation comporte l’attribution de la Croix de Guerre des Théâtres d’opérations extérieurs avec palme.

 

Le cours du brevet élémentaire de fusilier, 167e session, du 1er août au 1er décembre 1974, porte le nom de "cours Guillevic".

Il était Quartier-maître de 2e classe.
Son unité : Commando François
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre TOE avec palme
  • Médaille Coloniale - Extrême-orient
  • Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
Il est décédé le 29 mai 1951.
Son corps repose au cimetière de Plougonvelin
Son décès est inscrit à la commune de Plougonvelin (Finistère)
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Commando François

Insigne Cdo François 1

Créé en mai 1947 le commando des fusiliers-marins " François " porte le nom du lieutenant de vaisseau François Jacques, mort pour la France, à la tête d’une flottille amphibie, en Indochine, le 6 janvier 1947.

Engagé en Indochine, le commando François, commandé par le lieutenant de vaisseau Labbens, est basé dans la province de Ninh Binh en mai 1951.

Fin mai 1951 le commando se positionne dans l’église aband...

Commando François
6536
Guillevic
Plougonvelin
Finistère (29)
GG
181145,181176,181146
Il a été décoré : Médaille Militaire,Croix de Guerre TOE avec palme,Médaille Coloniale - Extrême-orient,Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
Acte de décès 1951/19
C 12x17