Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Jacques-Antoine Romeuf

est né le 13 septembre 1899 à Saint-Cernin (Cantal)

Jacques-Antoine Romeuf,  né le 13 septembre 1899 à Saint-Cernin dans le Cantal, est le fils d’Auguste Romeuf boulanger-pâtissier et de Claudine Boussardon, institutrice puis directrice de l’école de filles de Saint-Illide.

Il passe son enfance à Saint-Illide. Après l’école primaire et le lycée Emile Duclaux d’Aurillac, Jacques-Antoine Romeuf intègre l’école nationale d’osiériculture et de vannerie de Fayl-Billot en Haute-Marne pour trois ans. Cette école de référence, forme en son sein depuis plus d’un siècle, les vanniers professionnels de France et des pays étrangers.

Son diplôme en poche, il s’engage pour trois ans dans la marine le 19 mars 1918. Affecté au 5e dépôt des équipages de la flotte à Brest, il obtient un brevet de radiotélégraphiste de 1ère classe. Renvoyé dans ses foyers le 19 mars 1921, il poursuit sa carrière maritime à la pêche et sur les grands paquebots de l’époque jusqu’en 1924.

Le 21 mai 1923 il épouse, à Laroquebrou, Marie-Louise Bonnot originaire de ce lieu. Quatre enfants naissent de cette union : Gilberte (1924-2012), Yves (1925), Georges (1926-2003) et Madeleine (1929). Il a une descendance de treize petits enfants.

En 1924, il s’installe comme vannier à Saint-Illide puis à Laroquebrou où son épouse est mutée. Il maintient son activité, où il excelle, jusqu’en 1936.

Le 5 février 1936, il reprend du service dans la marine marchande. Cette période va mettre rapidement son esprit patriotique en exergue. Mobilisé en 1939 comme officier radio de 1ère classe il sert sur le navire "Cens".

A partir de juin 1940, le général de Gaulle organise la résistance extérieure en Grande-Bretagne. Jacques-Antoine Romeuf est acquis à cette cause. Débarqué du navire "Cens" sur lequel la majorité de l’équipage refuse de rejoindre l’Angleterre, le 14 juin 1940 est une date clé de son destin hors du commun dans cette période difficile de l’histoire de la France. L’appel du général de Gaulle a lieu le 18 juin 1940, l’armistice est signé le 22 juin 1940, mais Jacques-Antoine Romeuf n’a pas attendu ces événements pour décider de rallier les FNFL.

Il se rend à Marseille en septembre 1940 dans l’espoir de trouver un embarquement et de rejoindre les FNFL rapidement. Il embarque le 17 octobre 1940 sur le "Charles L.D." de la compagnie Dreyfus, navire exploité par le gouvernement français de Vichy. Les FNFL ne sont pas encore atteintes, mais la chance va sourire à cet officier.

Le navire est arraisonné par les Britanniques au large de l’ile Maurice et conduit à quai le 24 mars 1941. La voie vers les FNFL est enfin libre. Alors que l’équipage est rapatrié en France, Jacques-Antoine Romeuf passe en dissidence. En mai 1941, le bâtiment, renommé "Procyon", prend le chemin de la Grande-Bretagne et intègre les FNFL avec à son bord l’officier radio Jacques-Antoine Romeuf. Grâce à sa pugnacité il a trouvé son idéal.


Son navire prend place dans les convois britanniques entre les Etats-Unis et le Grande-Bretagne. Son bâtiment fait partie du convoi HX 217 en  décembre 1942. Le 9 décembre, il est torpillé par le sous-marin allemand U-553. 

Fidèle à la tradition des radios Jacques-Antoine Romeuf émet les signaux de détresse avant le naufrage du "Procyon". Son sacrifice permet de sauver 12 membres de l’équipage dont le commandant. 

Cet officier courageux fait partie des 36 marins portés « disparus en mer » lors de ce naufrage. Il est, à titre posthume, nommé au grade de chevalier dans l'Ordre du mérite Maritime et cité à l'ordre de la Division avec attribution de la Croix de Guerre avec étoile d'argent. Jacques-Antoine Romeuf s'est vu attribué la médaille commémorative des Services  Volontaires dans la France Libre.

Sa famille a dûrement ressenti son absence depuis 1940. Son épouse a fait face seule et sans aide à l’éducation et au bien-être des enfants. Il faut lui rendre un hommage appuyé car c’est elle qui avec courage, dévouement et privations a réussi dans cette période très difficile à élever dignement ses enfants.

Il était Officier radiotélégraphiste.
Son unité : Procyon
  • Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s)
  • Médaille du Mérite maritime (chev.)
  • Médaille des services volontaires dans les FFL
  • Citation à l'Ordre de la Division
Il est décédé le 09 décembre 1942.
Son décès est inscrit à la commune de Aurillac
Document portant la mention MPLF : Attestation n° 2504 du 123 juin 1997 Ministére des anciens combattants et victimes de guerre

Procyon

Cargo de la compagnie Louis Dreyfus, il portait initialement le nom de "Charles LD".

Saisi par les Anglais en mai 1941 et renommé "Procyon", il est torpillé le 9 décembre 1942 par le sous-marin allemand U 553 au milieu de l’Atlantique Nord (dans le 95, à 380 milles du cap Farewell) alors qu’il navigue en convoi (HX 217) entre New-York et l’Angleterre.

36 des 48 personnes se trouvant à bord périssent (à noter qu'une autre version in...

Procyon
9233
Romeuf
Saint-Cernin
Cantal
DF
180172
Il a été décoré : Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s),Médaille des services volontaires dans les FFL,Médaille du Mérite maritime (chev.),Citation à l'Ordre de la Division
Transcription acte de décès 252/1946
D 11x15