Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 
 

Farfadet - Sous-marin

Farfadet-Ok

La classe Farfadet est une classe de sous-marins de la marine française lancée en 1901.

Les sous-marins de cette série, "Farfadet", "Korrigan", "Gnome" et "Lutin", possédaient une coque unique en acier. Long de 41,35m avec un tirant d’eau de 2,68m, leur déplacement était de 185 tonnes en surface et 202,5 tonnes en plongée.

Ils étaient les premiers à disposer de cloisons étanches et d'une hélice à pales orientables ne nécessitant pas d'inverser le sens de rotation du moteur électrique.

Leur conception, qui sera abandonné sur les séries suivantes, rendait très délicate la prise des dispositions pour plonger :

- les ballasts et leurs purges étaient à l'intérieur de la coque épaisse, ce qui imposait de ne fermer le panneau supérieur du kiosque ballasts pleins, donc bâtiment déjà presque entièrement immergé et en phase de descente,

- le panneau supérieur du kiosque n'était pas basculant mais coulissant, la moindre gêne à la fermeture lors de la prise de plongée augmentait le risque d’entrée d’eau.

Chaque prise de plongée était donc un moment de grande tension, sachant qu'il fallait attendre que le panneau central soit immergé pour fermer le panneau supérieur !

En 1905 le sous-marin "Farfadet" est basé à Bizerte en Tunisie. Il est commandé par le lieutenant de vaisseau Cyprien Ratier.

Le 6 juillet 1905. Le "Farfadet" appareille de la darse de Sidi-Abdallah pour effectuer, dans le lac de Bizerte, une sortie d'exercice. Lors de la prise plongée, brusquement l'avant s'enfonce. Le second maître Troadec et le quartier-maître Lejean se précipitent pour fermer le capot avant resté ouvert, puis rejoignent le Commandant dans le kiosque en essayant de refermer le capot supérieur de ce dernier derrière eux.

L'air, surgissant de l'intérieur du sous-marin, pousse les trois hommes et le capot qui n'avait pu être fermé à temps à l'extérieur du sous-marin. Ce dernier pique du nez dans la vase par dix mètres de fond et disparait de la surface de l’eau.

Le naufrage du "Farfadet", après dix jours de vaines tentatives de sauvetage défrayant la chronique, coûta la vie à 14 membres de l'équipage. Seuls, le lieutenant de vaisseau Cyprien Ratier et un homme d'équipage, expulsés du kiosque lors de l’accident, vont survivre au naufrage.

Afin de rendre hommage aux victimes, le ministre de la marine, Gaston Thomson, plongera sur le lieu de l'accident avec un sous-marin du même type : le "Korrigan".

Il aura, hélas, l'occasion de le refaire une seconde fois en 1906, au même endroit, pour la perte du "Lutin" disparu dans les mêmes circonstances.

Le "Farfadet", construit au chantier de Rochefort sur mer et lancé en 1901, sera renfloué puis réarmé en 1908 sous le nom de "Follet ". Il servira encore à Toulon jusqu'à la fin de 1913. C’est le premier naufrage d’un sous-marin de la Marine nationale.

Le "Korrigan", qui a participé au sauvetage du "Farfadet" et du "Lutin", et le "Gnome" seront désarmés en 1906.

Lire le récit du naufrage

Sources :

Sources : sites internet

Photo : site internet

Carte-1
Sous-marin