Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 
 

Iéna - Cuirassé d'escadre

cuirass-IENA

Le "Iéna", mis en service en 1899, a explosé le 12 mars 1907 alors qu'il était au bassin à Toulon, causant la mort de118 marins de son équipage.

Il avait été mis sur cale le 3 avril 1897 à l'arsenal de Brest et mis à flot le 1er septembre 1898. Le "Iéna", était admis au service actif le 1er septembre 1899. D'un tonnage de 12000 t, il était propulsé par 20 chaudières Belleville, qui lui procuraient une puissance de 16500 cv. Ses 3 machines entraînaient 3 hélices pour le propulser à 18,1 nds (essais). Le "Iéna" mesurait 122,2 de long, 20,8 m de large, et 8 m de tirant d'eau en charge. L'armement comprenait 4 canons de 305 mm , 10 canons de 164 mm, 8 canons de 100 mm et 16 canons de 47 mm. En plus de cette artillerie redoutable, le cuirassé "Iéna" possédait 4 tubes lance-torpilles de 450 mm. L'équipage était composé de 630 marins.

Après sa prise d'armement à Brest en 1902 "Iéna" va rallier Toulon. En avril 1906 il sera en rade de Naples pour porter secours aux napolitains suite à l'éruption du Vésuve. En janvier 1907 il devient navire amiral de l'escadre de la Méditerranée. Le 12 mars 1907, le "Iéna" était entré depuis quelques jours dans un des bassins de carénage de Missiessy, dans le port militaire de Toulon, pour une visite de sa coque. Les travaux étaient presque achevés, tout était normal ; vers une heure passée de l’après-midi, les hommes d’équipage regagnèrent leur poste, les ouvriers de l’arsenal n'étaient pas encore revenus à bord. Une première explosion se produisit. Une grande flamme jaillit d'une cheminée et du monte-charge de la soute tribord. L’incendie gagna rapidement les autres soutes et les torpilles, les explosions se succédèrent. Les toitures de trois ateliers furent soufflées. Le cuirassé "Patrie" amarré dans la darse voisine défonça la porte du bassin d’un coup de canon pour inonder le bassin. Le "Suffren",qui se trouvait dans un bassin proche, se coucha presque complètement sur tribord. Des éclats furent projetés à des centaines de mètres, blessant des passants et tuant même un enfant dans les bras de sa nourrice. Les dégâts furent considérables. Des débris humains furent dispersés dans un rayon de 200 mètres. Sur un équipage de 630 hommes, le bilan officiel fut de 37 blessés et de 118 morts, dont sept officiers parmi lesquels le capitaine de vaisseau Adigard qui commandait le navire. Les obsèques nationales eurent lieu le samedi 23 mars sur la place d’Armes à Toulon en présence du Président Armand Fallières, des différentes personnalités dont Mgr Guillibert évêque de Fréjus et des corps constitués. Les cercueils des victimes étaient portés par des prolonges d’artillerie et le long cortège funèbre défila devant les survivants réunis.

Une enquête parlementaire sur l’origine de la catastrophe fut immédiatement ouverte. Le gouvernement Clemenceau constitua une commission mixte, la commission scientifique d'étude des poudres de guerre créée le 6 avril suivant par décret du président Fallières. L’enquête mit en cause la poudre B. En vieillissant, la poudre B se décomposait, devenait instable et s’auto-enflammait. C’est ainsi que débuta la fameuse « affaire des poudres », qui opposa violemment Léopold Maissin, alors directeur de la poudrerie du Moulin blanc au Relecq-Kerhuon près de Brest et Albert Louppe, alors directeur de la poudrerie de Pont-de-Buis qui se rejetèrent réciproquement les responsabilités. Cette polémique dura jusqu’en 1914, ravivée en novembre 1911 par l’explosion du cuirassé Liberté.

Le "Iéna" sera rayé des bâtiments de la flotte en mars 1907 et va servir de but de tir en 1908 et 1909. Dernier avatar de sa courte carrière: il coule en baie des Mèdes (Ile de Porquerolles) le 2 décembre 1909. Il sera renfloué et remorqué Toulon pour vente et démolition.

La bataille d'Iéna dont on venait juste de fêter le centenaire (14 octobre 1806) est le nom d'une des plus grandes victoires de Napoléon contre les armées prussiennes.

Sources :

Sources : Dictionnaire de bâtiments de la Flotte   -   Wikipédia

Site web : "Histoire-Généalogie" – Wikipédia

Photo : web ND photo

Cuirassé d'escadre