Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 
 

Ginette Le Borgne - Chalutier

Ginette-Le-Borgne

Chalutier Ginette Le Borgne – 1951

Coulé par abordage à proximité du Cap Race – (Grand banc - Terre Neuve) en mai 1951 – 12 victimes

 Ginette Le Borgne  faisait partie d’une série de chalutiers commandés en 1947 par le Comptoir de Reconstruction au titre des dommages de guerre. Il avait été construit aux Etats Unis par les chantiers de Bath (état du Maine). Les chantiers américains étaient à cette époque, pratiquement les seuls au monde en mesure de construire des navires. Le 19 avril 1947  Ginette Le Borgne , chargé de 700 t de seigle en guise de lest, entre à Fécamp qui sera son port d’armement ; il sera géré par la Société Fécampoise de Pêche et remplace le chalutier de même nom perdu pendant la guerre sous pavillon allemand.

Ses caractéristiques étaient : longueur 68 m ; largeur 11,75 m ; creux 6,30 m ; jauge brute 1437,19 tx jauge nette 762,67 tx ; Il était propulsé par un moteur Burmeister & Wain de 1100 cv. L’équipage comprenait 61 hommes.

Les premières années d’exploitation se passent très bien, en 1948 Ginette Le Borgne met à terre 3003 tonnes de morues, ce record ne sera jamais égalé.

Le 24 mai 1951,  Ginette Le Borgne , sous les ordres du patron Eugène Friboulet, est en pêche dans les parages du Cap Race sur le Grand Banc (eaux de Terre Neuve). La mer est belle, petite brise de suroît mais la visibilité est nulle. Le chalutier donne des coups de sirène toutes les deux minutes. Le second capitaine qui est aussi à la passerelle, signale qu’il entend une corne de brume très faible. Le son augmente vite d’intensité et tout à coup, une masse sombre émerge de la brume à bâbord. Le patron Friboulet fait venir à tribord toute et ordonne de larguer les câbles du chalut. L’abordage paraissant inévitable, il fait battre en arrière toute. Quelques secondes plus tard, le navire abordeur, le Jacques Cœur autre chalutier fécampois, vient percuter Ginette Le Borgne à l’arrière des haubans, endroit particulièrement vulnérable du bateau. L’eau s’engouffre dans la cale et le chalutier prend vite une gîte importante, de l’ordre de 60°. Au bout de cinq minutes Ginette Le Borgne s’enfonce dans les flots, un SOS est envoyé, ordre est donné de mettre à l’eau les baleinières et d’évacuer le navire. Malheureusement la baleinière tribord sera impossible à larguer du fait de la gîte et beaucoup de marins se retrouveront dans une eau glacée, ils seront pour la plupart heureusement récupérés par le Jacques Cœur  qui a aussi mis ses baleinières à l’eau. On dénombrera hélas 12 victimes : 10 disparus et deux morts de congestion, un marin avait pu être ranimé.

Les disparus sont :

René Hauguel - André Benoits - Yves Naourès - Ernest Grisel - Marcel Richard - André Duval - Marcel Cognet - Julien Argentin - Louis Barray - Georges Joly

Les deux marins décédés sur le Jacques Cœur : Jean Hache et Daniel Langanay

Le 3 juin 1951 le Jacques Cœur rentrait à Fécamp avec les rescapés de Ginette Le Borgne, malheureusement 12 marins ne rentreraient jamais dans leurs familles.

Sources :

source : Les chalutiers classiques fécampois de 1946 à 1971 de Jack Daussy

photo : collection Jack Daussy

Chalutier