Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 
 

Reder Ar Mor - Chalutier côtier

Reder-ar-MorChSignor

Chalutier Reder Ar Mor – 1997 naufragé dans l’ouest de l’île d’Ouessant le 10 mars 1997 faisant 4 victimes.

Le Reder Ar Mor était un chalutier côtier à coque acier construit en 1976 au chantier Pierre Gléhen du Guilvinec. Ses dimensions étaient de 16,75 x 5,50 x 2,70 m. D’une jauge brute de 29,79 tx, il était équipé d’un moteur Poyaud de 480 cv. Tout récemment acquis depuis à peine un mois, par le jeune patron Jacques Le Friant, qui entamait avec lui sa deuxième marée, le Reder Ar Mor avait quitté Le Guilvinec le 8 mars. Dans la nuit du 9 au 10 mars, à 4h27, le centre de contrôle de mission Sarsat de Toulouse informait le Cross Corsen qu’il venait de détecter le déclenchement d’une balise de détresse. La position : 48°10’ N – 6° 12’W, se situait à 60 milles dans le NW de l’île de Sein à l’entrée de la voie montante extérieure du rail d’Ouessant, route des cargos transportant des matières dangereuses. Aussitôt deux navires se déroutent dont le Maria Alexandra commandé par Yann Le Friant, frère du patron du Reder Ar Mor, et le cargo panaméen Pelander. Un Bréguet Atlantic de la base de Lann Bihoué, survole la zone et repère la balise, une bouée couronne et de nombreux débris flottant dans une mare de gas-oil. Toute la journée du mardi de nombreux chalutiers ainsi que le chasseur de mines Croix du Sud de la marine nationale sillonnent la zone à la recherche du canot de survie du Reder Ar Mor. En fin d’après-midi les recherches furent levées, plus aucun espoir n’étant permis de retrouver les hommes de l’équipage. Quelques jours plus tard, l’épave du Reder Ar Mor sera localisée sur un fond de 130 m par la Croix du Sud qui constatera que les câbles du chalut sont entièrement déroulés et qu’une roche d’environ 12 m3 est prise dans la poche du chalut. Diverses explications vont alors être avancées: celle d’une croche brutale du chalut sur le fond, celle d’une collision avec un énorme cargo qui ne se serait rendu compte de rien…Ou encore, autre possibilité, le Reder Ar Mor ayant senti la croche aurait déroulé ses câbles du chalut pour se sortir de ce mauvais pas, mais un cargo passant à proximité les aurait accroché entraînant le chalutier au fond ; autant d’hypothèses difficiles à certifier.

Ce nouveau drame de la mer qui endeuilla le quartier du Guilvinec a coûté la vie à Jacques Le Friant (patron 36 ans), Philippe Joncour (mécanicien 36 ans), Philippe Maréchal (27 ans), Jean-Luc Cariou (36 ans).

Sources :

https://www.letelegramme.fr/

Sources : Archives journal Le Marin 14 & 15 mars 1997

Journal Le Télégramme de Brest mars 1997

Photo : Christian Signor – Association Treizour Douarnenez

Chalutier côtier