Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 
 

Toul An Trez - Chalutier

Astrolabe0001

Le 14 mars 1968, les chantiers Pierre Gléhen d’Audierne procédaient au lancement du chalutier thonier Gi An Ka (GV 8239 puis 317435 en 1976). Construit pour le compte d’un patron de Saint Guénolé Penmarc’h, ce bateau avait les caractéristiques suivantes : longueur 18,20 m – largeur 5,66 m – jauge brute 46,28 tx – motorisation Baudouin DNK6 160 cv. Ce moteur qui était celui de l’ancien bateau du patron Le Brun sera remplacé ensuite par un Baudouin DNP8 de 286 cv. Gi An Ka va pratiquer le chalut en hiver et le thon en été, où il va d’ailleurs faire de très bonnes pêches, jusqu’en 1978, année où il sera vendu à Yves Le Moign de Morgat .Il gardera le nom de Gi An Ka jusqu’en 1980, puis sera rebaptisé Astrolabe. En 1981/82 Astrolabe subit de profondes transformations, la motorisation est refaite (350 cv), il est doté d’un pont couvert, d’un nouveau treuil et d’un enrouleur de chalut arrière. En 1987 le bateau est vendu à deux co-propriétaires, Michel Thomas et Michel Ménesguen, et prend le nom de Toul An Trez, nom d’un village de Crozon. Le bateau va pratiquer le chalut, ciblant particulièrement la langoustine, en mer d’Irlande à partir du port de Camaret. Il est en pêche depuis une semaine, ce 24 décembre 1997, jour où il a arrêté de se signaler. Les conditions météo sont très mauvaises, la dernière position connue de Toul An Trez se situe à une trentaine de milles dans le S/W du port gallois de Milfordhaven. Les recherches sur zone ne donneront hélas aucun résultat et bien vite il faut se rendre à la triste évidence, le Toul an Trez est perdu corps et biens avec ses cinq hommes d’équipage, laissant dans la plus grande détresse cinq femmes et une dizaine d’orphelins. Les causes du naufrage ne seront pas clairement établies, croche du chalut sur le fond, conditions de mer difficiles, sans doute conjugaison des deux phénomènes. L’épave de Toul An Trez sera localisée, par un chasseur de mines de la marine nationale, par 110 m de fond à 36 milles de Milfordhaven.

Un naufrage avec perte de vies humaines est toujours un terrible drame, en plus, quand il intervient à une époque particulière comme celle de Noël, c’est encore plus dramatique. Les familles ne peuvent jamais se remettre d’une telle catastrophe, et chaque Noël qui revient, tout au long de leur vie les replonge dans leurs affreux souvenirs. Avec le patron Michel Menesguen, 48 ans, ont péri Jean-Pierre Kéraudren 47 ans, Jean-yves Sévellec 32 ans et Louis Quéré 52 ans.

Sources :

archives Le Marin

archives Camille Cadiou

photo: Christian Hélou

 

http://saint-guenole.net/gi-an-ka/

Chalutier