Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 
 

Mariotte - Sous-marin

Mariotte-R
Turquie
27 juillet 1915

Le sous-marin Mariotte, était un sous-marin à coque unique dérivant de la série des sous-marins Émeraude. Pour assurer une meilleure tenue à la mer, sa flottabilité avait été reportée à l’avant ; ainsi ce submersible ne disposait que de ballasts extrêmes et un groupe de ballasts milieu résistants.

Ordonné le 31 décembre 1906, construit par l’arsenal de Cherbourg le 30 mars 1908, il est lancé le 2 février 1911 et mis en service en janvier 1913.

Ses principales caractéristiques étaient :

  • Tonnages : 530/627 t
  • Dimensions : 64,75 x 4,30 x 3,83 m
  • Deux diesels 4 temps Sautter-Harlé 6 cylindres x 700 cv
  • Deux moteurs électriques x 500 cv
  • Vitesses : 14,26/11,66 nœuds
  • Armement : 4 TLT 450 – 2 appareils Drzewieki
  • Équipage : 29

Durant la bataille des Dardanelles, les sous-marins Mariotte, commandé par le lieutenant de vaisseau Fabre, Saphir, commandé par le lieutenant de vaisseau Henri Fournier, et Joule, commandé par le lieutenant de vaisseau Aubert Dupetit Thouars de Saint-Georges, vont échouer dans leur tentative de franchissement du détroit, respectivement les 1er mai et 27 juillet 1915.

Le récit de la perte du Mariotte (source : « forum pages 14/18) :

Le 26 juillet 1915, le Mariotte, ayant quitté Moudros, longe la côte d’Europe du détroit des Dardanelles afin de traverser le champ de mines de Kephez qu’il réussit à franchir. Il plonge dans la nuit à 0h45. Remontant en surface à 05h35, le bâtiment est à l’arrêt car une de ses hélices est prise dans un filet tendu par les Turcs en travers du détroit. Les manœuvres de dégagement sont sans effet, le Mariotte doit faire surface à 200 mètres de la pointe de Chanak, une mine se trouvant à son avant. Au moment de replonger, il est pris sous le feu d’une batterie turque provoquant des dégâts notamment à son kiosque. L’ordre d’évacuation est alors donné, le matériel est sabordé et les documents sont détruits. L’ouverture des vannes conduit à la disparition sous les flots du Mariotte, alors que l’équipage embarque sur une chaloupe turque.

Décéderont en captivité :

  • Le premier-maître mécanicien Ventrillon Henri Georges Augustin inhumé à Afion Karahissar (Turquie d’Asie) : acte de décès adressé par le ministre de la Marine au maire de Cherbourg (Manche) le 31 juillet 1919, et transcrit à Cherbourg le 6 août 1919.
  • Le quartier-maître électricien Le Port Ernest Emmanuel, à Angora (Turquie d’Asie) des suites de maladie: acte de décès transcrit à Locquemiquelic (Morbihan), le 24 septembre 1919.
  • Le second maître mécanicien Vautier Victor Alphonse, décédé le 18 octobre 1916 à Beleimadick (Turquie d’Asie) des suites de « fièvre pernicieuse » : acte de décès transcrit à Lorient (Morbihan), le 31 juillet 1919.

Le sous-marin Mariotte est cité à l'ordre de l'armée.

Sources :

Source : site web

Carte-pour-Mariotte
Sous-marin